historique numÉros contacts     liens
 

retour  

- CLAQUE 01 -   

- images -  

Fédéralitijd


Installation "Fédéralitijd" à Drogenbos

Communiqué :

Ce mardi 26 août 2003, le groupe artistique et contestataire OBSCURESCENCE (fondé en 1998), a réalisé une action publique, politique et picturale, intitulée "Polytique 3 : Fédéralitijd", à l'encontre de l'imbécillité nationaliste exprimée sans retenue – et généralement suivie de faits – par certains élus de la Régionation de Flandre.
Avec toute la bêtise et le manque d'humour qu'on lui sait, l'extrémiste flamingant Johan Sauwens (CD&V, ex-VU) a su convaincre sans trop de mal ses pairs de procéder, il y a plusieurs années déjà, à la transformation des feux de signalisation sis en Terre de Flandre, en étendards permanents du Nationalisme flamingant, dans son expression la plus grotesque.
Ainsi qu'un caniche marquant son territoire par les déjections malodorantes, en tendant la patte, ce grand ami des anciens collaborateurs de la Légion Flamande (SS) et des néo-nazis du Vlaams Blok, a ordonné la réfection de tous les signaux lumineux "flamands", aux couleurs noire et jaune de sa pseudo-Patria, sous prétexte de visibilité accrue pour les automobilistes.
Face à cette insulte paysagère continuelle, qui avalise physiquement la thèse d'un encerclement tactique, symbolique et politique de Bruxelles – notamment dans les communes à facilités de la périphérie – nous avons décidé de réagir avec les moyens critiques de notre spécialité artistique, en repeignant à notre tour, dans les couleurs originales (blanc et rouge) deux signaux lumineux postés respectivement aux limites de deux communes à facilités d'avec la Région de Bruxelles-Capitale, à savoir : Craainem (Woluwé-St-Lambert) et Drogenbos (Uccle).
Par ce geste ironique et plastique, nous voulions souligner une situation, dont le méprisable ridicule ne saurait cependant occulter durablement la forte odeur de pourriture politique, qui se dégage de certaines personnalités agissantes du Parlement Flamand lui-même, et que la récurrente présence discursive et médiatique fait admettre pour bien trop tolérable :

Que les signaux lumineux soient, aujourd'hui encore, peints aux couleurs de Johan Sauwens à travers toute la Flandre, alors même que ce fasciste occupe désormais un autre poste ministériel au Gouvernement Flamand et qu'il a même changé depuis de parti politique, montre au minimum, la passivité imbécile des (ir)responsables gouvernementaux flamands et au pire, leur total fourvoiement d'avec l'extrémisme flamingant, dont ils partagent au moins le délire mythifiant de l'Indépendance Nationale Flamande, par pur calcul populiste.
Il faut donc comprendre notre geste comme ouvertement politique et comme s'inscrivant résolument dans le sens d'une récupération critique et intellectuelle de l'espace public par le citoyen, que ce soit par le biais d'actions artistiques ou par d'autres actions plus radicales, à Bruxelles ou ailleurs.

C'est donc comme artistes artificiers que nous exprimons les points suivants :

  1. Nous ne sommes pas bruxellois par volonté : nous sommes nés ici.
  2. Nous ne sommes pas francophones par conviction : c'est notre langue maternelle.
  3. Il n'y a pas de tolérance possible à l'égard de la bêtise.
  4. Il n'y a pas de compromis possible avec le fascisme.

Groupe OBSCURESCENCE

Pour en savoir plus :

frontière linguistique belge
indymedia Belgium

collimateur (archives) - version 2.0     mise à jour : 21-03-07 krimineilzat productions 2006