historique claques contacts     liens
 

retour  

   

- COLLIMATEUR 05 -   

- numéro (pdf) -  

- page centrale -  

Edito : Le sens de la réplique

Il y a un an tout juste paraissait le premier numéro du Collimateur, qui se voulait (re)faire la jonction entre l'art et le politique, somme toute, sous la forme critique d'un journal d'opinion(s).

Dans le foutoir médiatique qu'est devenue l'expression du sens et sa vulgarisation systémique, l'intellectuel virulent n'a plus voie au chapitre de la contestation éthique, ni certainement à la constitution d'une opposition politique radicale. Et alors ? Qui est assez couillon aujourd'hui pour s'imaginer que c'est sur les ondes télévisuelles à diffusion internationale et satellitaire que le fondement d'une opinion peut espérer s'exprimer, dans toute la largesse de ses implications pratiques ? Entre les publicités chimico-diététiques et automobiles, ne peut valablement subsister qu'une somme de "clips" formatés relevant de près ou de loin de la manufacture du Divertissement – qu'on les appelle d'ailleurs des "séries", des "téléfilms" ou des "reportages". Pierre Bourdieu lui-même a fait l'amère expérience (volontaire) de l'incapacité structurelle à exprimer une opinion à la télévision, en ce que cette expression particulière appelle nécessairement le développement d'un argumentaire, débordant largement le formatage télévisuel (mais plus généralement médiatique) autorisé. Dans les média, la parole (théoriquement porteuse de Sens) n'est appréhendée que comme une juxtaposition abstraite et scénarisée de modules spectaculaires interchangeables. Parler à la télévision, c'est "remplir une case" de la "grille-horaire" des "programmes". Idem pour la radio, même si lesdits modules y sont parfois temporellement plus larges. De même enfin, pour la presse écrite, qui admet tout propos en termes de "colonnes", de "Une" et de "rubriques" (International, Faits divers, Culture…) – Comment la Palestine en prend plein sa gueule ; voir notre supplément couleur en page 15 ! La sacro-sainte "neutralité journalistique" parachève le tableau du cynisme concurrentiel journalier, quand non content d'enchaîner les "sujets", le présentateur du JT vient nous faire sa star communicationnelle, que le feuilleton perpétuel des "événements" du Monde n'ébranle même plus : The show must go on !

Pour toutes ces raisons, le Collimateur n'est pas un vulgaire torchon médiatique, mais à proprement parler un médium intellectuel, au sens où il en est d'artistiques. De facto, l'année écoulée aura vu sans surprise se perpétuer le Monde tel qu'il est, et les mêmes fonctionnaires de presse (une feuille numérique anarchiste parlait assez justement de "chieurs d'encre") poursuivre poussivement leur carrière vers la pension et la médaille du mérite, en étalant largement aux yeux des imbéciles, le miroir de leur propre stupidité plumitive (nonobstant leurs malheureux collègues du service action, partis se faire tuer en Irak, pour la beauté de l'art – journalistique).

Bref, ce sont ces gratte-papiers du service Culture qui font chaque jour la joie incommensurable des mémères salonnières en quête de minitrips muséaux et des jeunesses bobosiennes, en quête d'une expo white cube de chez Hufke pour aller se faire voir, ou d'un salon ArtBrussellien où rêver aux lendemains mercatiques de leurs petites productions d'art néo-pompier.
Donc, nous avons décidé – loin de "l'ostraciz'm" que l'on nous suppose généralement à l'endroit des vivoteurs d'art – de publier en nos pages une somme (très incomplète) de citations de ces professionnels salariés de la presque, aux fins – comme disait un certain Lino P. dans son édito mémorable – "pour nous aussi - d'ouvrir grandes nos fenêtres"… à guillotine.

Alain VAN HAVERBEKE
05.2004

collimateur (archives) - version 2.0     mise à jour : 21-03-07 krimineilzat productions 2006